Armel TRIPON – VENDEE GLOBE 2020-2021

C’est à l’occasion de la préparation du Vendée Globe 2020 que j’ai véritablement eu envie de parler d’Armel TRIPON.

Dans les informations alors diffusées, on parlait de son projet de construction d’un IMOCA. Son choix : un architecte, SAM MANUARD, et un chantier : BLACK PEPPER YACHTS.


Dès juin 2018 on pouvait lire dans un petit article de Voile Magazine :

Dans cet article, une vue d’un IMOCA, on ne parle pas encore de l’étrave SCOW, on voit des foils horizontaux, presque “habituels” … bref, cela ne préfigure en fait pas véritablement l’avancée technologique que sera le futur IMOCA d’Armel pour ce Vendée Globe 2020.

Côté sponsor, on annonce une poursuite avec son partenaire Réauté Chocolat … ce qui finalement ne sera pas le cas.

Plus tard, en janvier 2020, un nouvel article dans la revue.

Là, on apprécie la photo … révolution dans le monde des IMOCA avec une entrée en lisse des étrave SCOW, ou du moins, ce que le règlement de la CLASS IMOCA permet de faire !
On est là en effet dans une étrave inspirée de ce qui se fait en 650 et Class 40 avec étraves scow, mais dessiné sous la contrainte des règles IMOCA.

L’IMOCA a également un nom : l’OCCITANE.

Visuellement, on voit bien le changement par rapport aux étraves fines et abaissées des derniers IMOCA tels que ARKEA.

AREKA, avec son étrave abaissée, perceuse de vagues.

La crise mondiale du COVID étant passée par là, ce n’est qu’en janvier 2020 que le bateau d’Armel est mis à l’eau.
On découvre alors la belle livée noire et jaune de l’IMOCA.
Le jaune venant du sponsor … et le noir est-il en lien avec le chantier … “black Pepper Yachts” ?


Si-dessous, la vidéo du jour, sous une météo de saison !

Outre la nouvelle étrave, les foils installé sur son IMOCA seront également originaux, par leur forme et par leur implantation dans la coque :

Les foils sont insérés dans le haut du plat-bord.
Et leur mouvement de sortie est relativement horizontal tout en les faisant redescendre par la forme de la partie interne du foil.

Ainsi, leur point d’appui sur l’eau est très déporté sur le côté du bateau, à plus d’1 mètre de la coque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *