Canal Saint-Félix : fin de la rivière Erdre à Nantes

De nos jours, ce petit canal de 500 m de long (incluant l’écluse permettant le passage en Loire) et d’environ 75 m de large correspond à la dernière partie de la rivière Erdre (partie aval), avant qu’elle ne se jette dans la Loire.

Orienté S-SE / N-NO, ce canal est bordé d’un quai de maçonnerie côté EST, côté parking …, côté gare SNCF, le long du quai de Malakoff.
Côté OUEST, on a le droit à un peu de “nature”, avec une rive formée par un talus, herbeux, avec des ajoncs et des petits canards en promenade !
Sur la partie médiane du canal, le quai EST, quai Malakoff, est équipé de 3 pontons, permettant l’accueil de bateaux et petites embarcations habitables.
Sur le reste de la longueur du quai, quelques péniches habitations, ou avec activité professionnelle.

Le canal Saint-Félix à Nantes (photo de mai 2003), vu depuis son extrémité Nord-Ouest.
Vue du quai de Malakoff, des péniches et de la zone portuaire.
A droite, le début du quai se poursuivant par la rive “sauvage” du canal.

Au milieu, l’imposant REMORQUEUR, avec sa coque noire et blanche, institution des nuits nantaises pendant une trentaine d’années.
Vieille coque construite vers 1910.

Aux extrémités : des ouvrages d’arts !
Côté Loire, vers l’aval, un mur et deux portes fixes en acier permettant de gérer le niveau d’eau dans le canal … et par là même permettant de gérer le niveau de l’Erdre.
A côté, dans la continuité du mur, une écluse permettant de gérer le passage des navires entre la Loire et l’Erdre.
Cette écluse fait 50 m de long et 7 m de large. Elle est fermée aux extrémités par des portes de 17 tonnes, ayant la particularité de s’ouvrir verticalement, au dessus de l’eau. Le bateau passant donc sous la porte levée pour sortir du sas !
L’écluse a été inaugurée en avril 1934.

Côté amont, le canal se poursuit vers le NO dans un rétrécissement ne faisant que 7m de large environ.
Le passage se rétrécit également en hauteur … le canal passe en effet sous un pont.
Sur près de 40 mètres, on passe ainsi sous la route dans le prolongement du Quai de Malakoff, puis sous trois voies de chemin de fer en sortie de la gare de Nantes.
10 mètres plus loin, après un petit retour à l’air libre et un nouveau petit pont routier, on arrive enfin au début du Tunnel Saint-Félix.

Le canal Saint-Félix … réduit à la largeur d’une péniche.
Photo de mai 2003, prise au début du “petit canal”, sous le passage du premier pont : le pont SNCF.
Plus loin, après 10 m à l’air libre, passage sous le pont routier à l’arrêt du bus / tram “Duchesse Anne – Château des Ducs de Bretagne”.
Enfin, au fond : entrée du tunnel, canalisant l’Erdre sous les cours Saint-Pierre et Saint-André, jusqu’au débouché du tunnel, dans l’Erdre.

Même jour, photo prise sous le premier pont également : Vue des péniches et du Remorqueur.

Sur la photo ci-dessous,
Depuis le bout du canal, côté ville, à quelques mètres des voies ferrées, on voit au loin, sur la gauche du canal le Stade Marcel Saupin, avec ses énormes rampes d’éclairage en haut des 4 pylônes aux angles du terrain.
Grand stade de Nantes, construit en 1937, il servira au rugby et sera la base futur nouveau club nantais : le Footbal Club de Nantes, le FCN, créé lui en 1943.

Sur la droite, derrière le pont de Tblissi, au milieu du pont, on distingue la structure d’ouverture des portes de l’écluse.

Au premier plan, sur cette photo, les panneaux d’explication sur les règles de passage dans le tunnel Saint-Félix et la potence, équipée d’un câble et d’une poignée à tirer …

Comme on le verra dans l’article suivant, le canal est tout juste assez large pour le passage d’un bateau, d’une péniche (7 m), et aucune zone pour se croiser …
De plus, comme le tunnel n’est pas en ligne droite, comme on le voit sur une photo au-dessus, il ne faut pas s’y engager sans être certain que le passage est libre jusqu’au bout … à 740 mètres !

Il a donc ainsi été décidé de mettre en place un dispositif de feux.
Feu vert / Feu rouge.
Par défaut, les feux sont rouges aux deux extrémités …
Et pour initier le système : une poignée, au bout d’un câble, qu’on tire quand on souhaite passer dans le tunnel.
On attend alors un peu, et au passage au feu vert, on s’engage.

Mais ce canal, c’est une autre histoire !
Véritable déviation forcée de l’Erdre lors des travaux de comblement de la Loire et de l’ancien cours de l’Erdre.

A SUIVRE …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *