YES WE CAM

Retour liste des articles

Jean LE CAM n’est plus à présenter.

Figure vivante et imprévisible du Vendé Globe, il partira en 2020 pour sa 5ème participation depuis 2005.

Pour ce départ, il a repris l’IMOCA vainqueur de la course de 2008-2009 (celle la même ou il devra abandonner).
Mis à l’eau en 2007, il restera dans sa configuration à deux dérives droites.

L’IMOCA de Jean LE CAM : YES WE CAM !

L’IMOCA de Jean LE CAM : YES WE CAM !
Grand roof arrondi et peu modifié.

Dérive tribord, droite, traversante et pratiquement verticales.
Elle sont implantée très proche du bord.

Visualiser ce format panoramique en grand : cliquez ICI ou sur l’image.

V&B – MAYENNE

Retour liste des articles

Après quelques année en CLASS40 et de superbes résultats en 2017, Maxime SOREL décide de gravir un échelon dans la course au large et se lance dans la catégorie IMOCA.

Il acquière alors l’ancien bateau de Thomas Ruyan, malheureux sur le Vendée Globe 2016.
Il a été mis à l’eau en 2007 pour le skipper Kito de Pavant.

L’IMOCA V&B – MAYENNE

A la poupe, le cockpit de V&B – MAYENNE et ouvert vers l’arrière et l’espace est fermé par la structure porteuse du rail de grand-voile.

A la poupe, on distingue les safrans fixes, dont la partie supérieure porte la fixation de gouverne des safrans.

L’hydrogénérateur tribord, et la tête de safran avec la fixation de la barre de direction.

Caractéristiques des IMOCA anciennes générations (années 2000) V&B – MAYENNE est à dérive et Maxime SOREL n’a pas choisi du faire des modifications pour lui adapter des foils.
Donc dérives droites, traversant le pont et fortement inclinées vers l’extérieur.

Capote rigide au dessus d’une partie du cockpit.
La capote est réhaussé de chaque côté pour donner de la visibilité au skipper tout en restant protégé.

Paire de winchs tribords …

Sur la gauche on visualise bien la demi-cloison porteuse du rail de grand-voile.