“Le port végétal de l’île Feydeau” – Événement des Floralies 2004

A l’occasion des 10ème Floralies de Nantes, la végétation envahie la ville, avec différentes mises en scène, organisées par Pierre Orefice (ancien chef d’orchestre de la troupe Royale de Luxe de 1985 à 1998).

Pour cet événement, il va profiter du réaménagement du quai Turenne, fin des années 90, avec une immense zone de pelouse, reprenant l’ancien parcours de la Loire avant comblement (1929-1936).

Quai Turenne, longeant l’île Feydeau, côté sud.
Superbement mis en valeur, on imagine réellement la vie maritime qui pourrait s’y trouver !
Cliquer pour voir la photo en plein écran

Au bord du quai, anciennement donnant sur la Loire, les navires amarrés sur l’océan de verdure.
Sur le quai, un chalut mis à sêcher …

Flottille de petits bateaux de pêche au bord du quai.
Chaque début d’année, en hiver, on voit tourner ses bateau en Loire à la pêche à la civelle.

Le long du quai, une buvette … ou un bateau-lavoir ?
… les deux, c’est un ancien bateau-lavoir, à qui la buvette – guinguette donne une nouvelle vie.

Bateau au corps mort … dans la pelouse …

Qui dit quai de Loire, dit aussi pêcherie !
On en voit de belles, pêcheries fixe au niveau de l’embouchure de la Loire, vers le nord comme vers le sud. Ou mobiles dans les ports (Saint-Nazaire) ou ici à Nantes.

GWALARN, superbe Tahiti-Ketch de mon ami Daniel. Ici bien mis en scène le long du quai.
Cliquez ici pour voir en grand format.

Après les petites pêcheries sur roulettes, la pêcherie fixe, comme il y en avait tant autour de l’embouchure de la Loire.

Le CHU donne sur une zone humide ?
Quel est donc ce lieu étrange, une pêcherie en bord de ville … C’est Nantes !
Besoin d’une preuve ?

En voici deux :
Belle façade des immeuble du Quai Turenne, sur l’île Feydeau, à Nantes … et le TRAM !
Le tramway nantais passe-t-il non loin d’une zone marécageuse de Loire ???

Le VETILLE.
Véritable mémoire de la plaisance à voile de Nantes, l’un des deux plus vieux bateaux de plaisance français naviguant.

Il a construit en 1893 par les Chantier Dubigeon, alors installés au bas de Cahnteny.

Débord de Loire – En route pour Saint-Nazaire

Nous voilà enfin arrivés à fin mai !
Toute la préparation du bateau ces dernières semaines n’était dédiée qu’a cette superbe fête nautique. Il était important d’être sur l’eau.

Le bateau est en effet inscrit à la fête, il participera à la remontée de la Loire en flottille avec plus de 100 bateaux.

Cette grande parade de Saint-Nazaire vers Nantes, derrière l’HERMIONE et le BELEM, promet d’être grandiose !
Par contre, il nous faut rejoindre la zone de départ, face à l’entrée ouest du port de Saint-Nazaire : 30 milles à parcourir (55km) en ce samedi matin.

Trajet du matin : rejoindre Saint-Nazaire, 30 milles sur la Loire.

Départ du ponton Belem vers 10h30, pour profiter du courant de marée descendante.

Passage devant l’escorteur d’escadre Maillé Brézé, musée naval à Nantes.

A bord, l’excitation du spectacle qui nous attend lorsque nous passerons le pont de Saint-Nazaire … dans 4heures au minimum … est déjà palpable. A moins que ce ne soit que le plaisir de se retrouver sur l’eau.

Les 4 heures qui suivent sont bien calmes.
Pratiquement seuls sur la Loire, nous voyons défiler les communes de La Montagne, Indre, Couëron et Le Pellerin.
Puis, mis à part la centrale de Cordemais, ce sont pratiquement 30 kilomètres de berges sauvages et de marais jusqu’à Paimbœuf, sur la rive gauche puis les premiers quai du port de Donges, rive droite.


Pour matinée, l’eau sera boueuse … et le ciel bien sombre !
Des éclaircies étaient prévues, mais elles seront bien rares avant l’arrivée des deux géants face à Saint-Nazaire.

En route sous une éclaircie.
Non, ce n’est pas l’Amazone … juste la Loire, notre beau fleuve encore sauvage.
Clic sur la photo pour en profiter pleinement.

Comme toujours à bord, le vent dessèche les marins.
(c’est à lui que l’on doit l’étrange mèche rebelle du capitaine !).
Il faut donc toujours bien s’hydrater …

15h10, le pont de Saint-Nazaire est passé, nous longeons le port et devant la plage de Villès-Martin, l’Hermione attend sagement son compagnon de route.
Le BELEM est en effet encore dans le port et attend son tour pour passer l’écluse.

L’HERMIONE, face à Saint-Nazaire.
Réplique de la Frégate de 26 canons construite en 1779.
Longueur hors-tout : 66 m
Largeur : 11 m
Hauteur du grand mât : 56,5 m
Construite de 1997 à 2014 à Rochefort-sur-Mer.

Cette première vue de l’HERMIONE est saisissante.
Quelle hauteur de mâts !
Quelle allure avec son beaupré ainsi dressé vers l’avant !
Il ne nous reste plus qu’a approcher pour l’admirer de plus près.

A suivre … Debord de Loire – L’Hermione, reine des mers