C’est parti, épluchons les annonces !

Comme vu dans l’article précédent, il faut du temps pour ce décider … mais cette fois vous y êtes !

Pour ma part, cette décision a été prise en juin.
Ajoutons par ailleurs que ce sera un voilier.
Même si par la suite je parle de bateau, cela sous-entendra que je parle d’un voilier.

Comme vu dans un autre article (La mer et moi … voici mon histoire), dans mon cas, l’achat d’un bateau était évident depuis que mes parents avaient vendu le leur.
Je savais que cela arriverait.
Le temps a passé.
Des années à y penser de temps en temps. Plus ou moins sérieusement.
Des années … disons pas loin de 15 ans …

Maintenant on passe au projet d’achat.

L’époque étant ce qu’elle est, internet permet d’avoir accès à la totalité du marché du nautisme.
Que ce soit les modèles neufs ou les modèles d’occasion.
Mais à peine a-t-on pris la décision de passer du mode « envie » au mode « achat » : on se trouve confronté à un nombre de questions croissant au fur et à mesure que l’on s’interroge et qu’on avance dans la réflexion et dans les tentatives de pré-sélection des annonces.

Acheter un modèle neuf ou acheter un modèle d’occasion ?

Dans le monde de consommation dans lequel nous sommes, il faut bien accepter que les choses neuves aient un prix, et ces mêmes choses d’occasion ont un autre prix, inférieur le plus souvent.
Là je suis véritablement trop fort !!!

Mais, contrairement au monde de l’automobile, un voilier, ça ne perd pas 50 % de sa valeur en 2 ans, pour ne valoir que des clopinettes après 10 ans.
C’est dommage pour le portefeuille de l’acheteur … mais c’est tant mieux pour le vendeur … et cela est le signe que vous pourrez profiter de votre bateau durant un grand nombre d’années !

Mais pour autant, dans le nautisme comme ailleurs quand on parle de commerce … le monde de l’occasion est un vrai paradis … ou dans de rares occasions (si je peux me permettre …) un terrible enfer !
Toujours est-il qu’il faut être vigilent pour ne pas se faire pigeonner !

Sur des cas extrêmes, on trouvera de vieux trucs dans un sale état à un prix exagéré. Pas compliqué de recouvrir de résine/gelcoat une délamination de bois, ou de refaire une peinture sur une coque rafistolée.
Mais ces cas là, en y regardant bien, on peut tout de même les détecter.
Disons qu’au-delà d’une certaine taille (et donc d’un certain prix) il ne faut pas hésiter à faire intervenir un expert.
Sachant qu’une expertise sera demandée pour une assurance tout risque.

Par contre, cela peut aussi être un paradis car, pour un même prix d’achat, vous pourrez avoir par exemple, un bateau neuf de 10 m, mais également toute une ribambelle de modèles d’occasion de 10 m à 25 m, simplement en fonction de l’âge du bateau et des équipements … et donc aussi en fonction de son état.

Quelques pieds de plus pour quelques années de moins …cela laisse entrevoir des belles navigations, mais aussi des décisions drastiques dans les critères de sélection … et le plus dur sera de s’y tenir.

Sur un bateau neuf :
Vous pouvez facilement payer 30 à 40 % de plus que le prix de base en ajoutant certaines options (pack électronique complet, taud, pont en teck, voiles spécifiques …)
Cela amènera donc un prix d’occasion variable pour un même modèle d’une même année suivant l’équipement.
Côté moteur, suivant son âge (indiqué en heures) et son état d’usure (difficilement vérifiable) cela aura également un impact important sur le prix du modèle d’occasion.

Donc autant dire que le choix neuf / occasion se fait dans votre tête, en fonction de vos attentes et de votre mode de fonctionnement.
L’achat du neuf se passe avec un concessionnaire que vous posera des questions, sans pour autant que vous vous posiez des questions … ce qui n’est pas forcément bon non plus !
Dans le neuf, vous achetez un beau bateau brillant, au top de ce qui se fait dans le domaine du nautisme (confort, volume, finitions, équipements …), sans soucis car il y aura la garantie !

Dans l’occasion, vous pourrez vous offrir au moins aussi bien, plus grand, mieux équipé … mais d’occasion et vous seuls devrez gérer les choix qui guiderons votre achat.
Si besoin, faites-vous accompagner d’un brocker qui fera la recherche selon vos critères. C’est un confort car ils prennent en charge toute la recherche et l’analyse du marché, jusqu’à la sélection de quelques annonces, étapes qui prennent le plus de temps.

DANS LA PRATIQUE

Prenons par exemple un 36 pieds d’une marque réputée :
Caractéristiques :
Longueur hors-tout : 10 m
Longueur flottaison : 9 m
Longueur coque : 9,99 m
Largeur : 3,50 m
Poids lège : 5,5 tonnes
Poids lest : 1,5 tonnes
Tiran d’eau : 1,90 m
Moteur : 19 cv
PRIX NEUF en 2018, à partir de 105 000 € avec équipement de base.

Le même modèle d’occasion, mais avec équipement variable :
2006 : 59 000 €
2007 : 49 000 €
2007 : 60 000 €
2010 : 72 000 €
2010 : 85 000 €, avec toutes les options, donc beaucoup mieux équipé que le neuf !

Mais pour 60 00 euros, vous pourrez également avoir une belle unité de 12 m, de 1995.
Et pour moins de 5 000 euros, vous pourrez acheter un beau modèle comme un kelt 7m ou un vieux First 22.
Avec lequel vous pourrez bien vous amuser, naviguer à la voile, faire de très belles sorties en mer entre copains ou en famille et en apprendre beaucoup !

Bref, il y en a pour toutes les bourses, toutes les envies, tous les projets !

Et ouvrez bien grandes vos oreilles …
A mon avis, dans le domaine du nautisme, pour l’achat d’un bateau, ce n’est pas le prix qui est le premier critère !

PASSONS AUX CHOSES SERIEUSES.

Dans la chronologie de la réflexion, deux étapes préalables importantes :

la cible et le budget

ETAPE 1 : définir la cible

Les principales questions à se poser avant d’attaquer la recherche d’un bateau, neuf ou d’occasion, est de définir sa cible. Le « type de bateau »

Commençons par la taille.

Comme vu ci-dessus, pour une même année de construction, le prix d’un bateau … dépend grandement de sa taille …

… et sa taille, détermine souvent le volume habitable.

Ce volume habitable détermine quand-à lui la capacité d’embarquer 2,4, 6, 8 ou 10 personnes dans un confort plus ou moins important.

Par ailleurs, chaque bateau est prévu pour un nombre de personnes maximum à bord (inscrit sur la plaque d’identification), et cela indépendamment du nb de couchettes.
Pour les sorties en croisière, sur plusieurs jours, il faut en effet avoir suffisamment de place dans le cockpit ou sur le pont pour tout le monde. Suivant l’état de la mer, parfois personne ne souhaitera rester à l’intérieur !

Pour ce qui est du volume habitable, il y a déjà la taille du carré (même si on n’est pas obligé de manger « à table » durant l’été !) ainsi que la question des couchettes suivant que tout le monde dort dans une cabine ou que 2 ou 3 personnes dormirons sur les banquettes du carré.

Tous ces points vous vous donner déjà une idée de la taille du bateau qu’il vous faut.
Car entendons bien : il y a une différence entre le bateau qu’il vous faut et le bateau que vous souhaitez … ou que vous souhaitiez au début !

En complément, pour identifier la cible il faut réfléchir à son utilisation future : quel programme de navigation souhaitez-vous faire avec votre futur bateau ?

Car cela aura nécessairement un impact sur la taille du bateau.

Une sortie avec 4 personnes à la journée sur Houât au départ de La Turballe (19 milles) ne se fait pas nécessairement sur le même bateau qu’une croisière à 4 aux îles Scilly ( 183 milles) pendant 10 jours.

Donc le programme de navigation sera du type :

  • Sorties à la journée, plage, ile, pêche sans dormir à bord.
  • Sorties à la journée et potentiellement quelques nuits à bord sans nécessité d’avoir du confort (les ports étant équipés de sanitaires, restaurants, bars … on peut être en bateau comme on vient en camping avec juste un petit igloo)
  • Croisière côtière de quelques jours, nécessité d’avoir de quoi cuisiner, se laver
  • Croisière côtière > une semaine : il faut ajouter un peu de volume pour la vie de tous les jours, rangements (vêtements), place pour les jours de pluie où tout le monde doit s’occuper sur sa couchette ou dans le carré …
  • Croisière hauturière : là, on est à la limite du voilier habité … vous restez à bord 3 semaines ou plus. En termes de rangement, de matériel complémentaire, il faut de la place. En outillage et matériel d’entretien du bateau par exemple. Mais aussi en confort des voyageurs.

Suivant votre choix dans cette liste, cela aura à nouveau un impact sur la taille du bateau.

En effet, qui veut voyager loin … doit veiller à son confort … et à celui de ces matelots.

Autant le capitaine passionné est capable de faire abstraction d’un certain confort, juste pour le plaisir d’être en mer, autant ses enfants, sa compagne, ses amis ne sont-ils pas nécessairement dans le même « trip » (même s’ils sont sur le même voyage …) et peut-être attendent-ils un peu plus de confort.

Donc à partir de là on commence à avoir une bonne idée de la taille du bateau et de son confort minimum : quelle capacité d’accueil en nb de personnes et en nb de cabines / nb de couchettes.

Ce qui permet d’avoir un premier critère de sélection des bateaux :
jusqu’7m
8/10 m
10/12 m
ou 15 m et plus …

ETAPE 2 : DEFINIR LE BUDGET

Il faut bien arriver à définir un prix !

Neuf ou occasion, il faudra choisir.

Bateau neuf

Déjà, vous avez défini une fourchette pour la taille de bateau.

Un rapide tour du marché permet de connaître la gamme de prix dans le neuf, chez les grandes marques ou les chantiers à diffusion plus restreinte.

C’est là qu’il est très intéressant d’avoir un magazine listant tous les modèles des chantiers nautiques européens ou du moins vendus en France.

Que ce soit le périodique Voiles & voiliers ou Bateaux d’avant salon nautique de Paris (parution en novembre chaque année : à dispo si besoin, contacez-moi) : tous deux présentent un très bon récapitulatif des modèles neufs existants, construits par tous les chantiers … du globe, ou du moins d’Europe !

L’avantage : vous avez accès à tout ce qui se vend ou presque.
Vous pouvez donc sortir des mastodontes de la construction navale de plaisance que sont Jeanneau, Bénéteau, Hanse, Dufour, Bavaria pour découvrir un très grand nombre chantiers proposant de belles unités.

Ainsi, vous aurez un panorama des bateaux entrant dans votre cadre, avec le prix de base indicatif.
Pour rappel, il est très facile et même parfois obligatoire selon les chantiers d’ajouter 20 à 30 % au prix affiché en ajoutant certaines options parfois indispensables (Kit électronique, pont latté, kit voiles, kit eau chaude si vous naviguez en croisière vers le grand nord ou toute l’année en Bretagne …).

Bateau d’occasion

Si vous vous tournez vers l’occasion, sachez tout de même qu’il vous faudra avoir une idée du prix du neuf avant de vous lancer.
Cela vous évitera un premier écueil !

Pour commencer, merci internet, parcourez une cinquantaine d’annonces de vente de bateau, sans critère de marque pour le moment, mais correspondant à la taille que vous avez sélectionné et en s’assurant qu’ils sont bien équipés pour le nombre de personnes recherché (nb couchettes) et le programme de navigation (cuisine …).

A partir de cette liste, en retirant si besoin les extrêmes (épave à vendre ou bateaux neufs dans la mauvaise catégorie du site d’annonce …) tirez-en une moyenne de prix.

Avec ce prix moyen du neuf et de l’occasion : interrogez-vous sur le budget que vous prévoyez de mettre. Soyez honnête, il y a nécessairement une fourchette maxi prévue pour cet achat !

Deux exemples :

Si un montant de 140 000 euros en neuf avec équipement vous semble correct, dans ce cas, fixez vous ce budget et lancez-vous dans l’étape proprement dite d’analyse détaillées des modèles du marché.

Gardez en tête qu’à ce prix, sur le marché d’occasion, vous pourrez avoir un bateau dans la taille au-dessus, ou totalement équipé pour la grande aventure. A vous de voir si vous souhaitez revoir votre cible …


Si votre budget tourne autour de 75 000 euros en bateau d’occasion, passez à l’action et prenez un cahier, des stylos, des feutres ou mieux encore un tableur et c’est parti pour la plus passionnante de chasses au voilier d’occasion.


A suivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *