RHUM 2022 – Toutes catégories

Tout comme en 2018, me voilà à arpenter les pontons de Saint-Malo.
Pour cette course, pas moins de 138 participants au départ :
8 dans la catégorie ULTIME (multicoques de 32 m de long et 23m de large au maximum)
8 en OCEAN FIFTY (multicoques de 50 pieds de long maximum, soit 15,24 m)
38 en IMOCA (monocoques de 60 pieds de long maximum, 18,29 m, “type Vendée globe”)
55 en CLAS40 (monocoques de 40 pieds, 12,19 m)
17 en catégorie Rhum Multi (2 ou 3 coques, longueur inf. à 64 pieds, soit 19,50 m et n’entrant pas dans une autre catégorie)
et enfin,
12 en catégorie Rhum Mono (monocoques de plus de 39 pieds, 11,88 m, n’entrant pas dans une autre catégorie)

Cette année, un pensée pour MIKE BIRCH, vainqueur de la première Route de Rhum en 1978 sur son petit trimaran OLYMPUS PHOTO.
Il est décédé le 26 octobre 2022, à 10 jours du départ de cette douzième édition.

Je commencerai donc la présentation des voiliers engagés par la catégorie RHUM MULTI.
En effet, cette année, comme lors de la précédente édition, il y aura deux sistership du trimaran OLYMPUS PHOTO de Mike Birch sur la ligne de départ.
De plus, dans cette catégorie, l’ancien trimaran de Florence Athaud, Pierre 1er, vainqueur en 1990, prendra le départ avec Philippe Poupon à la barre, principalement pour le tournage d’un film.

Pour la présentation des autres catégories en course, voici les liens vers les articles :
Catégorie OCEAN FIFTY 50
Catégorie Class40

CATEGORIE RHUM MULTI

HAPPY – Skipper Laurent Etheimer

Superbe trimaran jaune HAPPY
skippé par Laurent Etheimer

En 2014, Loic Perron devait partir pour la Route du Rhum sur HAPPY, mais un événement de dernière minute l’en empêchera … fin août 2014, à 3 mois du départ de la course, Armel Le Cléac’h se blesse à la main. Banque Populaire, son sponsor, proposera alors à Loïc de le remplacer sur le Maxi trimaran, catégorie ULTIME.
Loïc prend donc le départ … et gagnera cette 10 ème édition !

En 2018, il reprend donc son projet de participer sur HAPPY, et en hommage à Mike Birch, il naviguera à l’ancienne, sans électronique. Il arrivera 4ème de la catégorie Rhum Multi.


A CAPELLA – Skipper Charlie Capelle

Habitué de la course, Charlie Capelle sera lui aussi sur un sistership d’OLYMPUS PHOTO, trimaran de Mike Birch gagnant la première route du Rhum en 1978.

INTERACTION – Skipper Erwan THIBOUMERY

Ce superbe trimaran rouge fait figure de géant avec ses flotteurs latéraux élancés.
Il a été construit pour la route du Rhum de 1990.
Véritable bête de course, il a plusieurs records de traversé à son actif, dont New-York San-Francisco par le Cap Horn (1993)

Son nom de baptême est DUPON DURAN II.

PIR2 – Skipper Etienne Hochede

Ce trimaran a la structure surprenante a été construit en 1983.
Il fait partir des premiers bateaux à foils.

Pour en savoir plus sur ce bateau, et son skippeur Etienne HOCHEDE : cliquer ici.

La particularité de PIR2 est d’être complètement démontable.
Vue de la proue, dans le cockpit, en rouge, le skipper Etienne HOCHEDE

Château du Launay – Skipper Christophe BOGRAND

Ce superbe petit trimaran est très proche des sistership jaunes présentés ci-dessus.

Stérec Aile Bleue
A bord, à gauche, Christophe BOGRAND

CATEGORIE OCEAN FIFTY 50

Solidaires En Peloton – ARSEP – Skipper THIBAUT VAUCHEL-CAMUS

Le plus récent de la catégorie, il a été mis à l’eau en 2018.

Pour illustrer ce premier Fifty 50, une vue de proue ciblée sur le système de report de gouvernail vers le safran de la coque tribord.

On voit la tête de safran, en bas, avec la tige en carbone de section rectangulaire.
Puis de là, part une barre qui rejoint un point commun de fixation avec une seconde barre, au niveau de l’arrondi de bras de liaison. La fixation est portée par chariot fixé un un petit rail.
Puis la seconde barre rejoint juste avant l’arrière du cockpit une jonction tournante, avec un grand bras de levier repartant vers la tête de safran central.

Ainsi, les mouvements de barre actionnant directement sur la safran central sont repris par ces barres, via le chariot coulissant qui se déplace sur son rail d’un côté ou de l’autre et faisant ainsi tourner le safran latéral.

Les P’tits Doudous – Skipper Armel TRIPON

Arme TRIPON est le tenant du titre de la Route Du Rhum 2018, avec le trinaran Réauté Chocolat (qui est l’actuel trimaran PRIMONIAL de la route du Rhum 2022 !).

Pour cette route du Rhum 2022, Les P’tits Doudous d’Armel TRIPON est un trimaran construit en 2013.
Il l’a acquis en 2021 et fera ses premières courses sous le nom “The Arch” mais démâtera au large du Portugal.
La même année il prend le départ de la Transat Jacques Vabre et terminera 5ème.

Le sponsor “Le P”tits Doudous” est une association agissant autour des enfants opérés :
Le P’tits Doudous
Notre mission est d’améliorer l’accueil et le bien-être des enfants opérés, de réduire leur anxiété par le jeu et le numérique avant l’opération chirurgicale.
Leur collecte liée au recyclage des métaux peut être portée par tout le monde. En effet, dans chaque grande ville dans laquelle il y a une association “Les P’tits Doudous” (106 en France, voir carte), souvent en lien avec un hôpital ou une clinique, il est possible de collecter et de leur donner les stocks de câble électrique usagés par exemple.
N’hésitez pas à prendre contact avec eux.

Vue depuis tribord : l’impressionnant bras de liaison avec le flotteur latéral.
Et le foil en position haute.
Trimaran Les P'tits Doudous
Vue de la poupe. On voit bien ici la faible largeur de coque Centrale.
Dans le flotteur tribord, la structure est creuse pour faciliter l’accès au mécanisme de safran … en cas de besoin !

Groupe GCA-1001 Sourires – Skipper Gilles LAMIRE

Cet Ocean Fifty a été construit en 2009.
Avec le Groupe GCA, propriétaire du bateau depuis 2019, Gilles Lamiré a été le vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 2019.


Détail technique : nouvel exemple de report de mouvements de safrans sur un trimaran.

Comme on a pu le voir sur le trimaran bleu ” Solidaires En Peloton “, le système de report de mouvement du safran de coque centrale vers les flotteurs passe par des tiges tubulaires en carbone.
Ici on voit la succession des 3 tubes depuis l’axe de safran de coque centrale.

Pas de chariot sur rail pour “Groupe GCA” mais deux systèmes pivotants avec bras de levier permettant de garder une certaine force au transfert du mouvement de rotation.

Leyton – Skipper Sam GOODCHILD

Mis à l’eau fin 2017, “LEYTON” est un des plus récent de la course.

Hélas, à quelques minutes du départ, Sam Goodchild se blesse à la main, l’obligeant à abandonner la course.

Komilfo – Skipper Eric PERON

Mis à l’eau en 2009, Komilfo était l’ancien Ocean Fifty de Gille Lamiré de 2013 à 2020.

Primonial– Skipper Sébastien ROGUES

La classe Ocean Fifty 50 est en fait une petite famille …

Primonial est en effet l’ancien Réauté Chocolat, d’Armel TRIPON, de 2016 à 2019.

Et de sa mise à l’eau en 2009 à 2016, c’était le trimaran d’Yvan Le Blevec, alors baptisé ACTUAL. Yvan qui participe maintenant en classe ULTIME toujours avec ce même sponsor.

Sur ces 11 ans de course, PRIMONIAL possède l’un des plus beaux palmarès de la Classe Ocean Fifty 50.

Sébastien Rogues débutera comme pas mal de voileux en 6.50 puis en 2013 il passe en Class40, avec un palmarès à faire pâlir ses concurrents … en 2013 et 2014 … 11 victoires sur 12 participations !
En 2021, il gagne la Jacques Vabre avec son fidèle Fifty.

Détail de l’insertion de la dérive du flotteur tribord.
La dérive n’est pas droite, on peut donc parler de foil, puisqu’en position de course, elle jouera le rôle de plan porteur.

CATEGORIE CLASS40

Class40 CROSSCALL – N°166 – lancé en 2021

La class40, c’est bien souvent le petit Poucet des principales grandes courses au large (hormis les compétitions de la classe 6.50)

Plus petits voiliers (40 pieds … c’est tout de même plus de 12 m de long !) et donc budget plus abordables pour le sponsoring ou pour une participation individuelle d’un particulier. Cette classe est devenue depuis quelques années la classe la plus active et la catégorie reine des courses par le nombre d’engagés.

Pour la route du Rhum 2022, c’est pas moins de 55 inscrits en class40 sur 138 bateaux.

La particularité de cette classe est d’avoir une numérotation officielle des bateaux construits dans cette jauge et d’avoir ce numéro inscrit à la proue du voilier.

Exemple ci-dessous avec les Class40 CROSSCALL n°166 construit en 2021,

et les CLASS40 INTER INVEST et PAPREC, N°175 et n°182, tous deux construits en 2022.

Wisper– Skipper Maxime CAUWE

Traitement particulier pour Maxime, que je suis dans ses préparations et sur les pontons depuis 2018.
Après plusieurs années de course au large en amateur, pour cette année 2022, Maxime est en mode professionnel !
Avec son sponsor WISPER, ils sont partenaires pour 2022 et qui sait plus ???

Son fidèle Class40 porte le n°98 (construit en 2010).
Autant vous dire que les 4/5 de la flottille de class40 participant à la Route Du Rhum sont plus récents, mais cela n’a pas empêché Maxime de finir la Transat Jacques Vabre 2021 à une très belle place, en tête de “anciens” Class40 !
Pour en savoir plus sur sa participation au “Rhum 2018” : cliquez ici et pour sa participation à la Jacques Vabre 2021 : cliquer ici.

2022-Class40 n° 98
Wisper en 2022 à St Malo
2022-Class40 n° 98
2022-Class40 n° 98
Détail de la proue avec les deux enrouleurs.
2022-Class40 n° 98
Vue du cockpit de Wisper

Class40 – nouvelles formes et solutions

Quand on regarde les étraves des Class40, il n’est pas difficile d’y voir une révolution en termes d’architecture de proue et de structure depuis quelques années, et ce, sans regarder le numéros de séries de ces bolides !

Par rapport au n°98 – WISPER de Maxime CAUWE,
on voit bien que les étrave scow sont devenues la norme,
sur le n°180 – FONDATION STARGARD de Martin Le Pape,
sur le n°176 – QUEGUINER de Corentin Douguet
ou sur le n°166 – CROSSCALL de Aurélien Ducroz


Étrave surélevée par rapport à la ligne flottaison, comme une spatule de ski.
Mètre bau constant sur une très grande longueur vers l’avant donnant une proue très large, pratiquement arrondie.

Il n’y a pas encore de foils sur les Class40, mais on voit que cette forme doit leur permettre de passer le plus souvent au dessus des vagues … tant qu’elles restent modestes !

Sur REDMAN, n°161, d’Antoine Carpentier, on voit bien cette énorme plage avant très arrondie.
On a presque à faire à un solarium … dont ils ne profiteront pas avant les alizés (;-))

Safran bâbord de REDMAN en position basse

Côté safrans, toujours sur REDMAN d’Antoine Carpentier, on peut voir que la technologie des safrans relevable, courante chez les IMOCA est également présente en Class40.

Ci-dessous, sur CROSSCALL, le safran bâbord en position relevée.
Moins de frottement, donc moins de perte de vitesse, mais aussi moins de risque de percuter un OFNI sur les 6 500 km à parcourir !

Safran bâbord de CROSSCALL en position haute

Sur QUEGUINER, safrans relevables également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *